Enseignements

Enseignant-chercheur et tuteur au département de sciences sociales, l’essentiel de mes enseignements à l’Ecole normale supérieure se déroule dans ce cadre. Mais je suis aussi co-directeur adjoint du Master d’histoire transnationale et globale (ENS/Ecole Nationale des Chartes, http://www.histoire.ens.fr/-Master-d-histoire-transnationale-.html), et je donne donc plusieurs cours et dirige des recherches dans le cadre du département d’histoire auquel est attaché ce master.

Convaincu que l’enseignement est d’autant plus efficace que les étudiants participent activement à la construction de leurs connaissances et de leurs capacités, individuellement et collectivement, j’organise tous mes cours selon le principe de la classe inversée, et je réserve une part essentielle de chacune de leurs séances au travail en commun sur les manuels, les textes de recherche et les documents historiques donnés à travailler en amont.

 

Les enseignements que je donne sont de quatre types :

  • Deux cours d’initiation (niveau L3, M0) donné dans le cadre du CPES de PSL et dans celui du programme de première année du Département de sciences sociales, mais ouverts sur demande aux autres élèves de l’Ecole et au-delà :

Dans le cadre du CPES :

L’Etat, le marché et la globalisation : la mondialisation atlantique de la guerre de Sept Ans à la Grande guerre (Cours CPES L3 S1). S1, 6 ECTS. Fondé sur l’alternance de séances "fondamentales", consacrées à un travailde récapitulation de manuels lus en amont par les étudiants, et de séances "recherches", consacrées à la lecture critique d’articles de recherche ou à la présentation d’exposés thématiques, ce cours a plusieurs objectifs : 

  • initiation aux historiographies de la mondialisation moderne et contemporaine
  • initiation à l’historiographie des révolutions industrielles, initiation à l’historiographie du marché
  • initiation à l’historiographie de l’Etat, rappels concernant l’histoire des empires, rappels concernant l’histoire de la nationalisation, initiation à l’historiographie des organisations internationales et du droit international
  • approfondissement de l’apprentissage des méthodes de travail en histoire

15 séances de 2h, 6 ECTS.Ce cours a lieu les jeudis matins de 11H15 à 13h15 au 48 boulevard Jourdan, salle 10. Validation : assiduité obligatoire, exercices réguliers, rapport de fin de semestre.

 

 Dans le cadre du Département de sciences sociales :

La Mondialisation. Histoire et sciences sociales

S1, 24h, 6 ECTS

Les vendredis, de 10h à 12h
Jourdan, salle R3-46
Premier cours : le 28 septembre

Ce cours d’initiation s’adresse à tous les étudiants intéressés, sans pré-requis. Il vise à introduire aux sciences sociales de la mondialisation, un continent entier d’études en sociologie, en science politique, en anthropologie, en économie et en géographie, selon lesquelles notre monde est dorénavant global, c’est-à-dire unifié par un réseau dense d’interconnexions de tous ordres qui transforment en profondeur les conditions de la vie des sociétés. Et à société globale sciences sociales nouvelles : depuis les années 1970 s’est largement imposée l’idée que toutes les sciences sociales devaient connaître un tournant global, qui impliquait à la fois une redéfinition de leurs objectifs, une réorientation de leurs méthodes et une réorganisation de leur géopolitique.L’enjeu de ce cours est de donner un aperçu général de cette vaste et riche bibliographie, mais aussi de la mettre en discussion et en tension avec ce que dit la discipline historique de ces mêmes sujets. L’histoire a en effet connu aussi, au cours des trois décennies précédentes, une forme de "tournant global", en partie lié à la poussée des sciences sociales du global, mais aussi, comme pour elles d’ailleurs, à la pression des discours politiques contemporains sur la radicale nouveauté de notre époque et ce que cette révolution de la "mondialisation" impliquerait. Or le moins qu’on puisse dire est que l’histoire globale, qui implique aussi inévitablement une histoire de la mondialisation, interroge radicalement le grand récit présentiste des sciences sociales, selon lesquelles nous serions maintenant dans un monde global.Il s’agira donc, par cette initiation croisée aux sciences sociales globales et à l’histoire de la mondialisation, de poser la question : dans quel temps sommes-nous ?
Validation : notes de lectures écrites, comptes rendus de lectures oraux.

 

 

  • des cours d’approfondissement (niveau M1 et M2), donnés dans le cadre des deux masters dans lesquels j’enseigne et je dirige des étudiants : 

Lectures en histoire. Un parcours dans la recherche en histoire en Occident du linguistic turn à l’histoire globale. S1, 6 ECTS

Ce cours, donné dans le cadre du M1 du master PDI mais ouvert à tous ceux qui veulent le suivre (à condition de s’inscrire auprès de l’enseignant), s’adresse aux étudiants qui souhaitent s’initier aux tendances récentes, depuis les années 1970, de l’historiographie occidentale, notamment dans la perspective de ses interactions avec les sciences sociales. Il s’agit d’un cours de lectures de textes fondamentaux, choisis pour leur appartenance aux différents courants et manières de faire historiographiques des quarante dernières années, et qui ont tous à la fois une forte dimension empirique (l’enjeu étant de voir, sur des terrains, des objets et des sources précises, des recherches à l’œuvre) et une longue portée théorique et critique. Fondé sur le principe de la « classe inversée », il consiste en séances de travail intensives autour du texte, à partir d’un exposé en groupe par une fraction de la classe, de notes de lecture individuelles envoyées au professeur par une autre partie de la classe, et d’une discussion dense avec le professeur sur l’auteur, le contenu thématique du texte, le contexte historiographique de sa production, les méthodes d’enquête qui s’y déploient, ses limites et sa postérité. Au programme donc, Peter Sahlins, Roger Chartier, Gareth Stedman Jones, Prasenjit Duara, Catherine Hall, Sandrine Kott, Pascale Casanova, Fred Cooper, Christopher Bayly, Rosemarie Zagarro.

12 séances de 2h, les mardis de 15h30 à 17h30, au 48 boulevard Jourdan, bâtiment Oikos, salle R3-46.

Validation : assiduité obligatoire ; exercices réguliers.

 

Les sciences sociales : un « tournant global » ? S1, 1,5 ECTS

Ce cours invite des enseignants-chercheurs (sociologue, anthropologue, juriste, économiste, géographe, politiste) issus des sciences sociales cousines de l’histoire à présenter, de manière à la fois surplombante et à partir de cas d’étude concrets, ce que le « tournant global des sciences sociales » (selon la formule d’Alain Caillé et Stéphane Dufoix) a pu modifier, transformer, réorienter ou confirmer des conditions de la recherche dans leurs disciplines respectives. Cette présentation est ainsi une occasion donnée aux étudiants de percevoir les dynamiques principales des sciences sociales dans nos domaines d’intérêt et d’enquête, mais aussi de suivre, à partir de leurs propres domaines d’intérêt et projets de recherches, les pistes ouvertes par les autres sociales.

6 séances de 2h, le lundi de 14h à 16h, les 2 octobre, 16 octobre, 13 novembre, 4 décembre, 18 décembre, salle d’histoire, 45 rue d’Ulm. VALIDATION  : Notes de lecture, synthèse de fin de séquence

 

 

  • des cours d’agrégation donnés dans le cadre de la préparation de l’agrégation de sciences sociales en collaboration avec l’Ecole normale supérieure de Cachan :

Pour cette année 2018-9, j’assure le cours consacré à la question renouvelée  :

Etat et entreprises en France du début du XIXe siècle à 1982.

Les cours ont lieu le mercredi matin, de 10h à 13h, Département de sciences sociales, 48 boulevard Jourdan, salle R2-02.

Voir le site de la préparation de l’agrégation de sciences sociales : www.sociens.ens-cachan.fr/version-francaise/formations/preparation-a-l-agregation/

 

  • un séminaire de recherche qui correspond à mon travail personnel en cours :

    S2, 24h, 6 ECTS

     

    MARDI, 15h-17h, SALLE D’HISTOIRE, ULM
    les 5 mars, 12 mars, 19 mars, 26 mars, 2 avril, 9 avril, 30 avril, 7 mai, 14 mai, 21 mai, 28 mai
    VALIDATION : notes de lecture et synthèse finale.

    Ce cours propose une introduction à l’histoire transnationale de la mondialisation, du capitalisme et de l’Etat à l’époque contemporaine en se focalisant sur la deuxième partie du XIXe siècle, entre 1850 et 1914, une période souvent présentée comme le temps de la "Première mondialisation".

    En croisant histoire de l’Etat, histoire du marché, histoire des organisations internationales et histoire de la société civile transnationale, dans l’espace atlantique, il s’agit d’interroger l’opposition courante entre nationalisation des sociétés et globalisation économique, de comprendre l’articulation entre l’expansion des logiques de marché et la croissance de l’Etat, d’interroger la dualité des systèmes politiques des puissances atlantiques entre empires  et Etats- nations, et de penser la contradiction entre l’intégration très poussée des sociétés et le déclenchement de la Grande Guerre.

    Ce cours alternera des séances de synthèse sur l’historiographie , récente et moins récente, de la "première mondialisation", des séances consacrées à des comptes rendus de lecture sur des thèmes plus particuliers (l’invention des Expositions universelles, la politique commerciale entre libre-échangisme et protectionnisme, la réinvention de l’Etat américain après la guerre de Sécession, la naissance des premières organisations internationales, l’économie politique de l’Empire britannique...) et des développements originaux sur un cas spécifique qui fait l’objet de ma recherche, le marché atlantique du livre et sa régulation internationale.

    La validation du cours se fait par des interventions orales, des comptes rendus écrits et un rapport de fin de semestre

  • Un séminaire de recherche collectif :

Histoire transnationale, histoire globale. Actualités de la recherche, qui est un séminaire de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine, et sert aussi d’appui recherche au Master d’histoire transnationale.

https://histoire.ens.fr/l-histoire-transnationale-et-globale-actualites-de-la-recherche.html