Sociologie de l’État

Jeudi 9h - 11h

Mehdi Labzaé

Ce cours ouvert à tou·te·s les étudiant·e·s a pour vocation l’acquisition des connaissances générales accumulées par la science politique sur l’objet central qu’est l’État. Comment est-on parvenus à la situation présente où l’essentiel des sociétés humaines est gouverné par des institutions exerçant la violence d’une manière généralement conçue comme légitime ? Comment penser l’exercice du pouvoir dans ce cadre, et avec quels outils ?
Les séances sont regroupées en trois ensembles. Le premier (séances 1 à 6) présente les analyses socio-historiques de formation de l’État, principalement en Occident. Ces analyses se concentrent d’une part sur les processus de monopolisation de la violence légitime, et d’autre part sur la division du travail et les processus d’accumulation économique renforcés par l’État.
L’analyse se fait relativement moins historienne dans le second ensemble (séances 7, 8 et 9), pour proposer des études du fonctionnement concret de l’État, c’est-à-dire de ses administrations. Au quotidien, on ne rencontre pas « l’État » en tant que tel, mais des fonctionnaires qui agissent en son nom et le font agir, traduisant concrètement ses règlements et définissant par la pratique les politiques publiques. L’action de l’État est incarnée et négociée dans les interactions quotidiennes de ces agents avec les populations administrées. C’est dans ce quotidien qu’est négocié le pouvoir politique.
Enfin, un troisième et dernier ensemble (séances 10, 11 & 12) se penchera sur les mutations contemporaines de l’État à l’ère néolibérale.
Les normes de management issues du monde de l’entreprise qui ont colonisé l’État dans les trente dernières années n’ont pas nécessairement signé le retrait de ce type de direction administrative des sociétés, mais en ont profondément modifié les formes et les pratiques.
Si les enseignements des trois blocs concernent essentiellement les États occidentaux, des contrepoints et compléments concernant d’autres
aires géographiques et culturelles, notamment en Afrique, seront abordés.
La validation comporte un exercice commun à tou·te·s les étudiant·e·s, et un autre exercice adapté en fonction de vos choix d’orientation (recherche ou concours administratifs).

Séance 1 (19.09.2019) – Introduction : États, régimes, gouvernements /
Formation de l’État & monopolisation de la violence (Max Weber)

Séance 2 (26.09.2019) - Formation de l’État & monopolisation de la
violence 2 : Norbert Elias

Séance 3 (03.10.2019) – Formation de l’État : aspects symboliques et
idéologiques

Séance 4 (10.10.2019) – Formation de l’État, accumulation & division du
travail

Séance 5 (17.10.2019) – États, nations et nationalismes

Séance 6 (24.10.2019) – L’État ailleurs : débats sur « la greffe »

Séance 7 (07.11.2019) – L’État au concret 1 : la haute fonction publique

Séance 8 (14.11.2019) – L’État au concret 2 : bureaucraties d’interface

Séance 9 (21.11.2019) – L’État au concret 3 : corps habillés et exercice
de la violence

Séance 10 (28.11.2019) – Mutations et réformes contemporaines de l’État
1 : trajectoires de réformes & new public management

Séance 11 (05.12.2019) – Mutations et réformes contemporaines de l’État
2 : nouvelles formes de contrôle administratif

Séance 12 (12.12.2019) – Mutations et réformes contemporaines de l’État
3 : privatisations, décharge et redéploiement

Séance 13 (19.12.2019) - Devoir (pour futur·te·s candidat·te·s aux
concours)