Sciences sociales du travail

Jérôme Deauvieau, professeur,
Claude Didry, directeur de recherche (CMH)
Anton Perdoncin, AGPR
Sophie Pochic, directrice de recherche (CMH)

Description du cours

Que savons-nous du travail ? La sociologie classique « du travail » est née d’une observation du travail ouvrier dans l’industrie, puis s’est étendue au travail des cols blancs, cadres, techniciens et ingénieurs.

IMG/jpg/shu0077.jpg

Face à un niveau de chômage élevé depuis les années 1970, elle s’est transformée en une sociologie de l’emploi. Mais, au-delà de ces mutations, le risque n’est-il pas de considérer le travail comme une activité liée à une « nature humaine » ? Si les recherches classiques en sociologie du travail ont établi l’importance d’observations directes des travailleurs, des directions et des conditions de travail et d’emploi, ces observations impliquent également de prendre en compte l’importance du cadrage institutionnel (juridique et statistique) du travail et des mobilisations collectives qu’il suscite.

L’ambition de ce cours est de saisir ce cadrage institutionnel dans la définition même du travail et dans les conditions de son exercice, tant pour le sociologue que pour les acteurs observés. Il part du constat que le travail est aujourd’hui un fait social central autour duquel, en France, s’organise la vie d’un nombre croissant d’individus, en dépit d’un niveau très élevé de chômage. L’enjeu est de faire dialoguer autour de l’objet « travail » l’histoire et la sociologie du travail, de l’entreprise, du genre, du droit, et des mobilisations de travailleurs.

sexequality

Le cours sera organisé en trois modules :

  • Socio-histoire de la relation de travail  : étude de la genèse du travail comme fait social, en croisant la lecture d’auteurs classiques avec l’étude de l’élaboration d’un droit du travail au début du 20e siècle.
  • Socio-histoire des formes du travail : analyse de catégories du travail (et de travailleurs) telles que les qualifications, les compétences, les carrières professionnelles, la précarité et l’entreprise.
  • Socio-histoire des rapports de genre au travail  : étude de la dimension du genre dans le travail tant sous l’angle de la féminisation du travail, que des inégalités et discriminations qui l’accompagnent, dans différents contextes (travail ouvrier, cadre, industriel et tertiaire).

 

Organisation de l’année

12 séances de 2h - 6 ECTS

ENS Jourdan, salle R1 - 07

Horaire : lundi de 14 h à 16 h.

Calendrier des séances : 9/10 ; 16/10 ; 06/11 ; 13/11 ; 04/12 ; 11/12 ; 18/12 ; 15/01 ; 22/01 ; 29/01 ; 05/02 ; 12/02.

Validation : assiduité complète et exercices réguliers

labour

info portfolio

labour sexequality