Paradoxes de la modernité. Un dialogue entre sociologues et historiens

Paradoxes de la modernité. Un dialogue entre sociologues et historiens

Pablo Blistein, Marion Fontaine, Cyril Lemieux, Cédric Moreau de Bellaing,

S1 et S2, 6 ECTS

Que veut dire être « moderne » ? Conscients que la réponse à cette question n’est pas évidente, des historiens et des sociologues chercheront dans ce séminaire à réinvestir sur de nouvelles bases la question du changement au sein des sociétés qui se pensent et se veulent « modernes », quelle que région du monde où elles se situent. On tentera de cerner les exigences méthodologiques et théoriques d’une telle démarche et de montrer ses implications concrètes sur la façon de mener l’enquête en sociologie comme en histoire. Chaque séance donnera lieu à une mise en dialogue entre des travaux issus des deux disciplines ayant en commun d’aborder, à partir des cas empiriques les plus divers, un aspect déterminé du changement : la transformation des rapports d’autorité, celle du contrôle de la violence, celle du rapport au temps, ou encore, celles des modes d’attribution de la responsabilité, des formes de solidarité, de la gestion des risques, du rapport aux normes écrites, des formes du débat public ou de la hiérarchisation des savoirs. On insistera tout particulièrement sur les paradoxes que ces changements tendent à générer dans les pratiques sociales, en se demandant s’il est possible de repérer, au-delà de la singularité des cas étudiés, des contradictions récurrentes et des analogies processuelles. 

2e vendredi du mois de 10 h à 13 h (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 8 novembre 2019 au 12 juin 2020