6. Saisir la culture populaire au quotidien : Enquête sur les publics de Plus Belle La Vie

Muriel Mille, chercheuse post-doctorante (Centre Maurice Halbwachs)

Samuel Coavoux, doctorant (ENS Lyon-Centre Max Weber)

Florence Eloy, maître de conférences (Université Paris 8)

Sébastien François, chercheur post-doctorant (labex ICCA)

Tomas Legon, chercheur post-doctorant (EHESS)

S1 et S2 - 9 crédits ECTS

L’atelier est ouvert aux étudiant-e-s de tout niveau soucieux-ses de se former aux techniques quantitatives, tout comme aux personnes intéressées par une approche ethnographique. Cet atelier prend pour objet les publics du feuilleton français Plus Belle La vie, dont il vise à étudier à la fois la compostition et la diversité des modes de réception dans la continuité des travaux d’ethnographie des cultures populaires. Les séries télévisées, principalement américaines, font l’objet d’un intérêt croissant de la part des sciences sociales. La plupart des travaux s’attachent à en analyser le contenu, décortiquant la manière dont ces fictions représentent ou interrogent la réalité sociale contemporaine. Des recherches se sont aussi développées depuis plusieurs années sur la manière dont ces oeuvres sont comprises et reçues, dans la lignée des études de réception portées par les Cultural Studies. Souvent centrée sur des publics spécifiques, très investis, comme les « fans », l’analyse de la réception des oeuvres pose encore de nombreux problèmes aux sociologues, et a souvent laissé aux approches en termes de consommation culturelle la prise en compte des inégalités sociales face à la culture. L’analyse de la manière dont on regarde la télévision et les produits audiovisuels représente en outre un défi méthodologique important. Souvent limitées à l’entretien, centrées sur des publics experts, les analyses de la réception des séries télévisées ou des oeuvres d’art ne permettent pas toujours de saisir les modes plus nonchalants ou obliques d’attention à la culture, en particulier populaire. Le feuilleton se prête particulièrement bien à cette perspective de recherche en raison du recrutement social large et divers de son public et de son inscription dans des pratiques culturelles domestiques quotidiennes. L’atelier cherchera ainsi à interroger, tester et mettre en place des formes d’ethnographie des pratiques quotidiennes de réception de la télévision, interrogeant le rapport des classes populaires à la culture « de masse », revisitant à travers l’exemple de ce feuilleton des questions classiques et toujours aussi actuelles en sociologie de la culture. Il s’appuiera également sur l’exploitation des données statistiques de l’enquête Pratiques Culturelles portant sur la consommation culturelle des Français en matière de séries télévisées, et qui permettent de disposer de données de cadrage sur le public de Plus Belle La Vie.

La validation repose généralement sur un compte-rendu de recherche et dépend des établissements d’inscription (ENS, EHESS, Paris-Dauphine, Paris 1-Panthéon-Sorbonne)

12 séances de 3h

Vendredi de 9h30 à 12h30, à partir du vendredi 14 octobre 2016 jusqu’au vendredi 19 mai 2016, ENS Jourdan, salle F.

Calendrier des séances : 14 octobre, 4, 25 novembre, 2, 16 décembre, 06 janvier, 3 février, 3, 31 mars, 14, 28 avril, 19 mai