Enquête collective sur les aspirations à l’autonomie

Enquête collective sur les aspirations à l’autonomie

Pierre Nocerino (ATER à l’EHESS), Edouard Gardella (chargé de recherche CNRS), Cédric Moreau de Bellaing (ENS), Adeline Perrot (IMM).

S1 et S2, 12 ECTS

L’objectif de ce séminaire, ouvert à une vingtaine d’étudiant-es, est de mener une enquête collective sur les aspirations à l’autonomie dans la société française contemporaine. L’autonomie, qu’elle soit celle des individus ou celle, collective, des groupements professionnels et des institutions, semble faire figure d’impératif moral et politique. Que l’on considère le monde de l’entreprise, la relation éducative aux enfants, les conditions de vie des personnes dites « vulnérables » ou, à un autre niveau, la relation que certaines professions ou certaines institutions entretiennent avec des intérêts privés ou avec les sommets de l’État, l’autonomie est vécue comme un idéal désirable mais aussi parfois comme une injonction difficile à supporter. Présentée comme déjà réalisée ou, au contraire, comme faussement accomplie et en réalité entravée, cette « autonomie » est l’objet de nombreuses disputes, dans lesquelles les sciences sociales sont souvent elles-mêmes parties prenantes.

Dans ce séminaire, il ne s’agira pas d’évaluer les pratiques des acteurs à partir d’une définition a priori de l’autonomie mais plutôt d’enquêter sur les processus conflictuels qui naissent autour de revendications d’autonomie, de dénonciations d’une entrave mise à l’autonomie, ou encore d’accusations du fait que certaines injonctions à l’autonomie renforceraient en réalité les rapports de domination. C’est donc le lien entre idéal d’autonomie et processus critiques qui sera mis en avant au cours de l’enquête. Et c’est en les considérant sous ce rapport spécifique que l’on reviendra sur les principales approches de l’autonomie individuelle et collective qu’a produites la tradition sociologique.

Le séminaire proposera aux étudiant-e-s de se répartir en petits groupes, sur trois à quatre terrains empiriques distincts. Ceux-ci seront sélectionnés pour leur complémentarité, tout en veillant à garantir la comparabilité des données. Sur chacun de ces terrains, les étudiant-es seront amené-es à s’essayer conjointement aux méthodes de l’entretien et de l’observation ethnographique. En outre, une perspective historique sera encouragée, afin de saisir des évolutions dans les processus de revendication d’autonomie.
Outre la formation au recueil et à l’analyse des données, les étudiant-es seront invité-es à réfléchi à la restitution de leurs résultats, afin de diffuser leurs travaux envers des publics diversifiés.

Le nombre de places étant limité, il est nécessaire de contacter un des organisateurs du séminaire en amont.

18 séances de 2H, 1er, 3e et 5e jeudis du mois de 15 h à 17 h (salle à déterminer), du 6 décembre 2018 au 6 juin 2019. Séances de formation intensive les 20 novembre, de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h et 21 novembre de 9 h à 12 h (salle à déterminer).