Les corps travaillés par les institutions

Sabrina Nouiri-Mangold (doctorante au CMH) / Mathias Thura (post-doctorant au CESSP)

Campus Jourdan - 48, bd. Jourdan 75014 Paris

Séminaire mensuel non-régulier, les vendredis, de 14h - 17h

À travers la présentation d’enquêtes empiriques par leurs auteurs, ce séminaire doctoral s’intéresse aux pratiques et aux instruments concrètement mis en œuvre au sein d’institutions spécifiques (travail, école, club, association) pour façonner les corps de leurs membres, ainsi qu’aux moyens à disposition des sciences sociales pour mesurer et décrire les effets de ce travail. Il s’adresse tout à la fois à des étudiant-e-s qu’à des chercheur-euse-s intéressés par cette thématique.

D’un point de vue théorique, nous nous inscrirons dans le prolongement des approches d’Erving Goffman et de Michel Foucault sur les institutions totales et disciplinaires, mais en élargissant le spectre à la gamme plus étendue des « institutions enveloppantes » (Darmon), dont les degrés de coercition et d’autocontrôle qu’elles imposent peuvent s’avérer être très variables : allant du quadrillage minutieux à des fins explicites (dans le cas de l’entraînement militaire ou de l’apprentissage des gestes techniques hospitaliers) à un contrôle diffus et moins facilement identifiable (comme le travail de l’effacement des émotions ou des corps dans l’interaction) en passant par des dispositifs d’autocontrôle variés (les régimes alimentaires, l’entraînement sportif, l’« entretien » du corps).

Parallèlement, il s’agira de poursuivre la réflexion sur les méthodes et les techniques dont nous disposons pour mesurer, décrire et restituer des observations, ainsi que des moyens réflexifs permettant de faire des corps des chercheurs les instruments embarqués et situés de l’observation.

PROGRAMME

(intitulés temporaires, sous confirmation des titres des communications par leurs auteurs)

Séance 1 : Présentation du séminaire et introduction générale : la place du corps dans les analyses de sciences sociales. (vendredi 27 novembre, 48 bd. Jourdan, salle de réunion du DSS, bâtiment B, 2ème étage)

  • Les instruments théoriques et méthodologiques à disposition des sciences sociales pour penser les corps et les constituer en objets.
  • Des techniques du corps de Marcel Mauss aux sociologues du sport ; du contrôle disciplinaire à l’autocontrôle ; des éthologistes aux ethnométhodologues, de l’attention portée aux gestes dans les activités sociales à l’action située.
  • La place accordée à l’expérience corporelle constituée par l’observateur lui- même, condition d’exploitation et de contrôle de cette dernière.
  • Le corps à la croisée des disciplines : (r)apports des sciences sociales avec la médecine, la biologie, la psychologie et l’ergonomie.

Séance 2 : Concevoir comment une culture passe sous la peau en pratique, le regard de l’anthropologie (vendredi 18 décembre, 48 bd. Jourdan, salle F)

  • Jouer « fa’aSāmoa » : les instances de socialisation aux techniques du rugby à Samoa  : Julien Clément (musée du quai Branly - département de la recherche et de l’enseignement)
  • Les bûcherons au travail  : Florent Schepens (Université de Bourgogne - CGC)

Séance 3 : L’hexis et l’éthos mis au travail (1) (vendredi 15 janvier, 48 bd. Jourdan, salle F)

  • Le travail infirmier, manipulations et interactions avec les corps des patients  : Caroline Émin (EHESS – PDI)
  • « Rapport au corps et aux émotions chez les professionnels de la coiffure » : Diane Desprat (Université Paris Ouest Nanterre La Défense – IDHES-GTM-CRESPPA.)

Séance 4 : L’hexis et l’éthos mis au travail (2) (vendredi 5 février, 48 bd. Jourdan, salle de réunion du DSS, bâtiment B, 2ème étage)

  • « "Votre sourire, faites-en un métier !" La performance de genre des hôte-sse-s d’accueil » : Gabrielle Schütz (Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines – Printemps)

  • « Des corps pressurisés. Produire et contrôler le travail émotionnel des hôtesses et stewards en cabine » : Anne Lambert (INED)

Séance 5 : Ordonner les corps pour l’action (vendredi 18 mars, 48 bd. Jourdan, salle F)

  • « Le par corps et le par cœur : les conditions et dispositifs de production d’un habitus professionnel chez les fantassins » : Mathias Thura (CESSP)
  • L’entraînement des sapeurs-pompiers, approche historique  : Jacques Doctobre (Lille 1 – Clersé)

Séance 6 : Une science des corps performants (vendredi 1 avril, 48 bd. Jourdan, salle F)

  • « "Donner corps à la performance sportive". La place des mesures médicales dans la construction d’un corps "capable" » : Baptiste Viaud (Université de Nantes – CENS).
  • « Santé au travail : la tentation d’adapter l’homme au travail » : Pascal Marichalar (CNRS – IRIS)
  • Les corps des apprentis jockeys travaillés par leur métier  : Alain Allemandou (Ancien médecin des courses hippiques – AFASEC).

Séance 7 : Le poids comme variable d’ajustement des dispositifs sportifs spectaculaires (vendredi 27 mai, 48 bd. Jourdan, salle F)

  • « Fixer le poids. La production historique des catégories de poids en boxe anglaise » : Sylvain Ville (Université Paris Ouest Nanterre – CeRSM)
  • « A cheval sur le poids. Le corps des apprentis jockeys soumis aux exigences des paris hippiques » : Sabrina Nouiri-Mangold (EHESS – CMH, Université de Nantes – CENS)

Séance 8 : Le traitement des corps accidentés (vendredi 17 juin, 48 bd. Jourdan, salle F)

  • « Socialisation institutionnelle et travail de l’habitus dans la rééducation hospitalière de patients atteints d’AVC » : Muriel Darmon (CNRS – CESSP)
  • « Ethnographier les routines corporelles : regard sur les services de réanimation » : Thomas Denise (Université de Caen – CERReV)