Expériences et effets du dissentiment et de la répression

Faire taire, ne pas consentir, céder. Expériences et effets du dissentiment et de la répression.

Johanna Siméant-Germanos

S1 et S2, 24 heures, 6 ECTS, 12 SEANCES DE 2H, VENDREDI DE 10 A 12H. LES 3/11, 10/11, 1/12, 15/12, 19/1, 2/2, 16/2, 16/3, 30/3, 13/4, 11/5, 25/5. Salle R 2.03

L’activité répressive et de conformation des acteurs économiques semble paradoxalement négligée dans la littérature sur les mouvements sociaux et la protestation. Qu’en est-il de leur capacité à réduire au silence qui les conteste, par le droit et les sanctions financières ou des façons de d’orienter l’ordre social et les inégalités à leur profit ? Qu’en est-il de la production de l’indifférence à l’égard du malheur des autres – bref, comment saisir empiriquement ce qu’ordre social et économique (et pas seulement l’État) font à la répression et aux mouvements sociaux ? Le séminaire combinera la question du gouvernement par les indicateurs à celle des conformismes ou des refus en pratique, et portera sur les effets biographiques de la répression. Le propos sera de réfléchir aux pistes empiriques et théoriques qu’il est encore possible d’ouvrir à propos des formes de la protestation et du non consentement, en y intégrant de façon renouvelée l’activité des autorités et des acteurs économiques, connectant le « faire obéir », l’obtention de la conformité en pratique, à l’obéissance ou son refus. La validation repose sur un compte-rendu de recherche.